le retour de bruce le_vhs

 

Il est toujours indélicat de parler de soi dans un ouvrage qui parle d’un autre. Cependant je me permets cette petite familiarité afin de vous exposer mon sujet.

Je fais parti de cette génération qui n’a jamais connu Bruce Lee de son vivant. Je n’ai jamais suivi ses aventures qu'en K7 vidéos et DVD. Je ne fais donc pas parti de ces heureux chanceux qui l’ont découvert au cinéma.

Enfant, fasciné par Bruce Lee mon héros d'alors, pas une journée ne se passait sans qu'il ne m'accompagne. Rêves, vidéos, posters, magazines, pin's, t-shirts… Certains croyaient en Dieu, moi je croyais en Bruce Lee.

Les années passèrent et toujours fan. Mais il fallait bien l'admettre, ses quatre petits films que je connaissais par coeur ne me suffisaient plus. J’avais beau tourner les choses dans tous les sens, il n’y avait plus de films cachés, ou de retour surprise possible pour mon héros. Il nous avait bel et bien quitté, nous laissant avec le goût amère des promesses intenues. Il ne reviendrait jamais.

Adolescent, au détour de documentaires et d'articles de presse spécialisés, j'ai découvert l'existence d'une miriade de films dans lesquels évoluaient des sosies de mon idole disparue.

Des FAUX BRUCE LEE !? Ca alors ! Par tous les saints ! Saperlipopette ! Quelle surprise ! Trahison ou curiosité malsaine, mais d’une certaine façon, je pouvais enfin continuer à suivre les aventures de mon héros. Mal m'en a pris, le premier que je me suis procuré à l'époque était "Les 6 épreuves de la mort" une copie de mon film préféré, "Le jeu de la mort". La jaquette pronnait fièrement : avec « BRUCE LE ». Erreur de frappe ? Non ! Le type qui se veut le nouveau petit dragon, lui ressemble plus ou moins, prenant un malin plaisir à appliquer toutes les mimiques du Bruce original de façon outrancière, voir grotesque, mais qu'importe la sauce prend chez moi, voire me charme. Ce film considéré comme le « moins pire » du genre, si je puis me permettre cette torture grammaticale, me soulage d’une certaine frustration de manque.

Par la suite j’apprendrais que c’est grâce à ce procécus émotionnel que la « Bruceploitation » a si bien fonctionné sur le public. Le premier de ses imitateurs « BRUCE LI » a largement profité de ce phénomène. La foule voulait continuer à voir son héros trop tôt disparu. Chose que les producteurs de l’époque toujours prêts à rendre service ont bien compris.

Par la suite je m'entichais à dénicher dès que possible les K7 vidéos poussièreuses suintant le jus de bière, de ses imitateurs dans des Brocantes, videoclubs… etc

Les jaquettes, les Lobby card, les affiches de cinéma sont souvent des joyaux d’escroquerie, allant jusqu’à exhiber de vulgaires photos montages avec la tête d’un clone sur le corps du vrai Bruce. Un univers complexe et fascinant s’ouvrait à moi.

L'idée m’est donc venue de collectionner tout se qui touche la « Bruceploitation » et de m'intéresser à la vie et les ressentiments de ces clowns martiaux, parfois même artistes martial confirmés, sur ces hommes appelés « Bruce quelque chose » qui ont connu la gloire dans l'ombre d'un autre, allant jusqu’à perdre toute identité personnelle…

Je peux passer pour un traitre de mémoire, un félon, un parjure ou encore un renégat, donnant de l’intérêt à des escrots sans vergogne, mais quand je remets le nez dans un film du véritable petit dragon, je m'aperçoit les yeux humides et pétillants de bonheur, il n'y a, à l’évidence qu'un seul vrai et unique ROI du Kung-Fu, loin devant les autres : BRUCE LEE !

 

Stéphane "BRUCE NO" Noguès

Published by bruce on 03 - 16 - 2013

Leave a comment

You must be log on to post a comment.